Amitabha Roue Dharma Amitabha

▪ Sūtra de la Prophétie Révélée Concernant le Bodhisattva Avalokiteśvara


Ainsi j’ai entendu.


Une fois, le Bouddha était dans le parc féerique des gazelles à Vārāṇasī, accompagné d’une multitude de vingt mille bhikṣus et douze mille bodhisattvas. Il y avait le Bodhisattva Lion, le Bodhisattva Lion attentif, le Bodhisattva Absorption Paisible, le Bodhisattva Absorption au-delà de Toute Comparaison, le Bodhisattva Matrice de la Terre, le Bodhisattva Prada, le Bodhisattva Seigneur Divin, le Bodhisattva Fait Concret, le Bodhisattva Kahota, le Bodhisattva Force Estimable, le Bodhisattva Action Dédiée, le Bodhisattva Sans Obstruction, et le Bodhisattva Maitreya. Des bodhisattvas comme ceux-ci étaient à la tête de douze mille bodhisattvas-mahāsattvas. Aussi étaient présents vingt mille dieux-fils, et, à leur tête les dieux Bon Royaume et Bonne Demeure. Tous étaient fermement établis dans le mahāyāna. À cette époque, l’Unique Honoré-du-Monde, entouré par ses innombrables centaines de milliers d’escortes, exposait le Dharma pour leur salut.

Cependant, dans l’assemblée, un Bodhisattva nommé Réserve de Fleur Vertueuse se leva de son siège, dénuda son épaule droite, s’agenouilla de la jambe droite, et joignit ses paumes des mains, faisant face au Bouddha. Il dit, "Je prie seulement pour que l’Unique Honoré-du-Monde désigne une personne de l’assemblée pour poser des questions."

Le Bouddha répondit au Bodhisattva Réserve de Fleur Vertueuse, "Tu peux poser n’importe quelle question selon tes souhaits. Je connais déjà tes doutes, et je vais les résoudre pour te rendre heureux."

Alors, le Bodhisattva Réserve de Fleur Vertueuse demanda au Bouddha, "Unique Honoré-du-Monde, comment peut-on éviter de régresser dans notre résolution à réaliser l’anuttarā-samyak-saṃbodhi ou dans l’obtention des cinq pouvoirs transcendantaux ? Comment acquiert-on le Samādhi de l’Illusion, qui peut transformer notre corps par des moyens habiles, afin de prononcer le Dharma en accord avec les bonnes racines des divers types d’êtres sensibles, afin de les aider à atteindre l’anuttarā-samyak-saṃbodhi ?"


Le Bouddha dit au Bodhisattva Réserve de Fleur Vertueuse, "Très bien ! Très bien ! Tu es capable de poser la question sur cette signification devant le Tathāgata, le Samyak-Saṁbouddha. Réserve de Fleur Vertueuse, tu as planté des graines de vertu au temps des bouddhas du passé, fait des offrandes à des centaines, milliers, dizaines de milliers, et koṭīs de bouddhas-bhagavān, et éveillé ton esprit de grande compassion pour les êtres sensibles. Très bien ! Écoute ! Écoute ! Médite cela profondément ! Je vais t’expliquer tout cela."


Le Bouddha dit au Bodhisattva Réserve de Fleur Vertueuse, "Si l’on peut accomplir un Dharma particulier, on obtiendra le Samādhi de l’Illusion. Ayant acquis ce Samādhi, on peut transformer son propre corps par des moyens habiles et prononcer le Dharma en accord avec les bonnes racines de divers types d’êtres sensibles, de façon à leur permettre d’atteindre l’anuttarā-samyak-saṃbodhi. Quel est ce Dharma ? Il est appelé Dépendant de Rien. On ne dépend pas des trois royaumes, de l’intérieur, ou de l’extérieur. Qu’il y ait rien sur quoi dépendre est la vision pénétrante juste. Cette vision correcte mène à la cessation correcte des afflictions, sans aucune altération de la perception. De l’esprit véritable qui ne change jamais, notre sagesse s’éveille. C'est-à-dire, les dharmas naissent de la causalité, donc leurs existences sont illusoires. Puisque tous les dharmas naissent de causes et de conditions, la naissance des dharmas est impossible sans causes et sans conditions. Bien que les dharmas semblent nés de causes et de conditions, rien véritablement, ne vient à être ou à demeurer. Celui qui peut pénétrer la Non-naissance des dharmas est rentré sur la vraie voie des bodhisattvas. Cela est aussi appelé l’entrée dans le suprêmement aimant, compatissant esprit parce que, en dehors de tout sentiment partagé, on peut délivrer tous les êtres sensibles. Ayant développé une compréhension profonde, on sait que tous les dharmas sont illusoires. On crée simplement des dharmas avec ses propres imaginations et mots. De plus, ces dharmas créés par l’imagination et les mots sont ultimement vides. Cette pénétration experte de la vacuité des dharmas est appelée l’Obtention du Samādhi de l’Illusion. Ayant acquis ce Samādhi, on peut transformer son corps avec des moyens habiles et prononcer le Dharma en accord avec les bonnes racines des divers types d’êtres sensibles, de façon à leur permettre d’atteindre l’anuttarā-samyak-saṃbodhi.


Alors, Réserve de Fleur Vertueuse demanda au Bouddha, "Dans l’assemblée, y a-t-il des bodhisattvas qui ont réalisé ce Samādhi ?"


Le Bouddha répondit, "Oui, il y en a. Dans cette assemblée, incluant le Bodhisattva Maitreya et le Bodhisattva Manjusri, il s’y trouve soixante êtres intègres qui, parés d’inconcevables grands vœux, ont obtenu ce Samādhi."

Le Bodhisattva Réserve de Fleur Vertueuse demanda au Bouddha, "Unique Honoré-du-Monde, les bodhisattvas ont-ils réalisé ce Samādhi uniquement dans ce monde ? Y a-t-il dans d’autres mondes des bodhisattvas qui ont accomplis ce Samādhi de l’Illusion ?"


Le Bouddha dit au Bodhisattva Réserve de Fleur Vertueuse, "En allant à l’Ouest d’ici, passant des centaines et milliers de koṭīs de terres, il y a un monde appelé Paix et Félicité. Dans cette terre, demeure un Bouddha nommé Amitābha, qui est le Tathāgata, Arhat, Samyak-Saṁbouddha. Il expose en ce moment même le Dharma. Il est en compagnie de bodhisattvas, et parmi eux il y a deux grands intègres : l’un est appelé Avalokiteśvara et l’autre Grande Puissance Accomplie. Tous deux ont atteint ce Samādhi. De plus, Réserve de Fleur Vertueuse ; s’il y a des bodhisattvas qui entendent et acceptent le Dharma de ces deux grands intègres pendant sept jours et sept nuits, ils réaliseront ce Samādhi de l’Illusion."


Le Bodhisattva Réserve de Fleur Vertueuse dit au Bouddha, "Unique Honoré du monde, cette terre doit contenir d’innombrables bodhisattvas qui ont obtenu ce Samādhi de l’Illusion. Pourquoi ? Parce que les bodhisattvas qui ont repris naissance dans cette terre doivent tous suivre ces deux grands intègres, et écouter et accepter ce Dharma."

Le Bouddha répondit, "Bien sûr ! Bien sûr ! Bien sûr cela est comme tu le dis. D’innombrables bodhisattvas-mahāsattvas ont obtenu ce Samādhi de ces deux grands intègres."


Le Bodhisattva Réserve de Fleur Vertueuse fit cette requête au Bouddha, "Très bien ! Unique Honoré-du-Monde, le Tathāgata, Arhat, Samyak-Saṁbouddha,  je prie pour que vous utilisiez vos pouvoirs spirituels pour faire venir ces deux grands intègres en ce monde et pour permettre aux habitants des deux mondes de pouvoir les voir. Pourquoi ? Si ces grands intègres viennent en ce monde, des hommes et des femmes de bien qui ont développé de bonnes racines pourront les entendre prononcer le Dharma et obtiendront ce Samādhi. Je prie aussi pour que l’on puisse voir le Bouddha Amitābha dans ce monde appelé Paix et Félicité, de façon à permette aux hommes ou femmes ici d’éveiller leur esprit anuttarā-samyak-saṃbodhi et de souhaiter renaître dans cette terre. Une fois rênes, ils ne régresseront plus jamais de leur résolution à atteindre l’anuttarā-samyak-saṃbodhi."


À ce moment, l’Unique Honoré-du-Monde accepta cette requête, et une lumière irradia de la touffe d’entre ses sourcils, illuminant partout dans les trois mille grands milliers de milliers de monde. L’herbe, les arbres, la terre, et les pierres de ce monde, incluant le royal mont Sumeru, la montagne Mucilinda, la grande montagne Mucilinda, la montagne Cakravāla, et la grande montagne Cakravāla, et même les endroits sombres et cachés de ce monde, tous prirent la couleur de l’or. Même si l’éclat et l’éclatante lumière du soleil et de la lune n’apparaissaient plus, la radiance était présente partout. De plus, la lumière illuminait même partout dans les centaines, milliers, et koṭīs de terres à l’Ouest, incluant le monde appelé Paix et Félicité. Cette grande lumière circumambulait autour du Bouddha Amitābha, le Tathāgata, vers la droite sept fois et disparut ensuite devant lui. Les êtres sensibles, les bodhisattvas, et auditeurs dans cette terre pouvaient tous voir cette terre et voir le Bouddha Sakyamuni exposer le Dharma, entouré par une immense assemblée. Cela était aussi clair pour eux que de voir un fruit amala dans leurs mains. Avec adoration et joie inspirée, ils chantèrent ces mots : "Namo Śākya, le Tathāgata, Arhat, Samyak-Saṁbouddha !"


Dans l’assemblée, les bhikṣus, bhikṣuṇīs, upāsakas, upāsikās, dieux, yakṣas, gandharvas, asuras, garuḍas, kiṁnaras, mahoragas, humains, non humains, et autres, aussi bien que les rois Brahmâ, le roi des dieux Śakra, les quatre dieux-rois, les bodhisattvas, et les auditeurs, tous purent voir le Bouddha Amitābha dans ce monde de Paix et Félicité, entouré par des escortes de bodhisattvas et auditeurs. Il était radieux comme une montagne de trésor extraordinaire. Sa lumière éclatante et grandiose illuminait toutes les terres. Tous pouvaient le voir, comme une personne aux yeux clairs qui pourrait voir sans difficulté les traits d’une personne à une distance de huit pieds. L’ayant vu, ils furent ravis et euphoriques, et chantèrent ces mots : "Namo Amitābha Bouddha, le Tathāgata, Arhat, Samyak-Saṁbouddha !" Pendant ce temps, quatre-vingt-quatre mille êtres sensibles dans l’assemblée activèrent leur esprit anuttarā-samyak-saṃbodhi, plantèrent de bonnes racines, et firent le souhait de renaître dans cette terre.

À ce moment, les bodhisattvas et les auditeurs du monde de Paix et Félicité, ayant vu cette terre, s’émerveillèrent comme jamais auparavant. Ils joignirent leurs mains avec entrain, firent révérence au Bouddha Śākyamuni, le Tathāgata, Arhat, Samyak-Saṁbouddha, et prononcèrent ces mots : "Namo Śākyamuni Bouddha ! Il peut exposer un tel Dharma aux bodhisattvas et aux auditeurs !" C’est alors que le monde de Paix et Félicité se mit à trembler de six façons : secouant partout, secouant partout de la même façon, s’ébranlant partout, s’ébranlant partout de la même façon, tremblant partout, et tremblant partout de la même façon.


À ce moment, le Bodhisattva Avalokiteśvara et le Bodhisattva Grande Puissance Accomplie s’adressèrent au Bouddha Amitābha : "Comme cela est fantastique, Unique Honoré-du-Monde ! Quelle est la raison pour laquelle le Bouddha Śākyamuni, le Tathāgata, Arhat, en dévoilant seulement son nom, fit trembler la terre, qui est dénuée de toute perception, de six façons ?"


Le Bouddha Amitābha répondit aux deux bodhisattvas, "Śākyamuni a révélé son nom non seulement dans cette terre mais aussi dans d’innombrables terres de bouddha. Pareillement, la brillance de sa lumière et la secousse du monde de six façons se trouvent partout."


D’innombrables quantités d’êtres sensibles dans ce monde, en écoutant le nom et les épithètes du Bouddha Śākyamuni, ont développé leurs bonnes racines. Ils ne régresseront jamais dans leur résolution pour l’anuttara-samyak-saṁbodhi. Pendant ce temps, quatre vingt koṭīs de bodhisattvas dans l’assemblée, en entendant le nom et les épithètes du Bouddha Sakyamuni, Tathāgata, Arhat, Samyak-Saṁbouddha, firent un vœu d’une seule voix, dédiant leurs bonnes racines à l’obtention de l’anuttara-samyak-saṁbodhi. Immédiatement, le Bouddha Amitābha fit la prophétie de l’obtention de leur anuttara-samyak-saṁbodhi.


À ce moment, le Bodhisattva Avalokiteśvara et le Bodhisattva Grande Puissance Accomplie s’approchèrent de l’endroit où se trouvait le Bouddha Amitābha et posèrent leurs têtes aux pieds du Bouddha. Avec révérence, joignant les mains et se tenant de chaque côté, ils demandèrent au Bouddha, "Pour quelles causes et conditions le Bouddha Śākyamuni émet-il cette lumière brillante ?"


Le Bouddha Amitābha dit au Bodhisattva Avalokiteśvara, "Un Tathāgata, Arhat, Samyak-Saṁbouddha n’émet jamais une lumière sans causes et conditions. Pourquoi ? Aujourd’hui, Śākyamuni, qui est le Tathāgata, Arhat, Samyak-Saṁbouddha, va prononcer le Sūtra du Bodhisattva Trésor de Samādhi. C’est pourquoi, il a émit en premier lieu ce signe auspicieux."


À ce moment, le Bodhisattva Avalokiteśvara et le Bodhisattva Grande Puissance Accomplie dirent au Bouddha Amitābha, "Nous souhaiterions visiter le monde Saha, rendre hommage et faire des offrandes au Bouddha Śākyamuni, et l’entendre exposer le Dharma."


Le Bouddha Amitābha répondit, "Bons êtres, faites comme vous pensez au bon moment."


Ces deux bodhisattvas se dirent mutuellement, "Aujourd’hui nous allons certainement entendre le merveilleux

Ayant reçu l’instruction du Bouddha Amitābha, chacun de ces deux bodhisattvas s’adressèrent à son escorte de quatre-vingt-quatre koṭīs de bodhisattvas : "Êtres de bien, ensemble nous devrions  aller dans le monde Saha pour rendre hommage et faire des offrandes au Bouddha Śākyamuni, et écouter et accepter le juste Dharma. Pourquoi ? Śākyamuni, qui est le Tathāgata, Arhat, Samyak-Saṁbouddha, a été capable de renoncer à une pure, merveilleuse terre, afin de pouvoir remplir une mission difficile. Grâce à la vertu du pouvoir des ses vœux primordiaux, il a généré l’esprit de grande compassion. Il a réalisé l’anuttarā-samyak-saṃbodhi dans ce mauvais monde troublé à la vertu maigre et minuscule, mais où l’avidité, la colère, et la désillusion ne cessent de croître. Et il y expose en ce moment le Dharma."


À peine ces mots prononcés, les bodhisattvas et auditeurs s’émerveillèrent, disant d’une seule voix, "les êtres sensibles dans cette terre peuvent recevoir les bénéfices rapidement seulement en entendant le nom du Bouddha Śākyamuni, Tathāgata, Arhat, Samyak-Saṁbouddha. Combien plus s’ils peuvent le voir et l’invoquer dans la joie de leur esprit. Unique Honoré-du-Monde, nous devrions aller dans ce monde pour rendre hommage et faire des offrandes au Bouddha Śākyamuni."


Le Bouddha Amitābha répondit, "Êtres de bien, faites comme vous pensez au bon moment."


À ce moment, le Bodhisattva Avalokiteśvara et le Bodhisattva Grande Puissance Accomplie dans ce monde furent entourés chacun de quatre vingt koṭīs de Bodhisattvas. Utilisant leurs pouvoirs transcendantaux, ils manifestèrent chacun quatre vingt koṭīs d’estrades ornées de trésors pour leurs escortes. Chacune de ces sublimes et merveilleuses estrades mesurait douze yojanas de longueur et de largeur. Sur chaque estrade, il y avait de l’or, de l’argent, du vaiḍūrya, du cristal, du rubis, des conques, ou de l’émeraude. Certaines estrades avaient deux trésors : de l’or et de l’argent ; certaines trois trésors : or, argent, et vaiḍūrya ; certaines avaient quatre trésors : or, argent ; vaiḍūrya, et cristal ; certaines avaient cinq trésors : or, argent, vaiḍūrya, cristal, et rubis ; certaines avaient six trésors : or, argent ; vaiḍūrya ; cristal, conque, et rubis ; et certaines avaient sept trésors dont l’émeraude. Ces estrades étaient aussi ornées de rubis, de bois de santal, et des fleurs d’utpala, padma, kumuda, et puṇḍarīka. Du ciel, tombèrent des pluies de fleurs de sumanā, camka, patali, atimiktaka, rani, gaurani, mandārava, maha-mandārava, palas, maha-palasa, manjusaka, maha-manjusaka, locana, maha-locana, caka, maha-caka, suloci-caka, caṇa, maha-caṇa, suloci-candana, canuttara, tala, et maha-tala. Sur chacune de ces estrades il y avait une pléthore de couleurs, splendides, lumineuses, pures, et radieuses.

Aussi sur ces estrades de trésors, se tenaient quatre-vingt-quatre mille déesses exquises créées magiquement, tenant des violons, sitars, luths, guitares, flûtes, tambours, ou conques. Elles se tenaient élégamment, jouant des sons magnifiques avec ces instruments de joyaux. Certaines déesses exquises se tenaient élégamment, tenant des encens de couleur rouge de bois de santal, de bois de santal agalloch, ou de bois noir de santal agalloch. Certaines déesses exquises se tenaient élégamment, tenant des fleurs de mandārava, maha-mandārava, palasa, maha-palasa, locana, maha-locana, caṇa, maha-caṇa, caka, maha-caka, suloci-caka, dhala, maha-dhala, et suloci-dhala. Certaines déesses exquises se tenaient élégamment, tenant des fleurs et des fruits.

Sur ces estrades se tenaient des trônes de lion ornés de joyaux. Assis sur chaque trône, un magnifique Bouddha créé magiquement, doté des trente deux marques majeures et des quatre vingt marques mineures. Suspendues au dessus de chaque estrade étaient visibles quatre-vingt-quatre mille perles précieuses variées, de couleur bleu, jaune, rouge, et blanche. Placés sur chaque estrade étaient visibles quatre-vingt-quatre mille vases de joyaux, remplis de poudre d’encens. Couvrant chaque estrade se trouvait quatre-vingt-quatre mille merveilleux dais de joyaux. Suspendues sur chaque estrade étaient visibles quatre-vingt-quatre mille cloches de joyaux. Sur chacune de ces estrades se tenaient quatre-vingt-quatre mille arbres de joyaux. Entre ces arbres de joyaux, il y avait des étangs faits des sept matières précieuses et remplis de l’eau aux huit vertus. Dans les étangs, il y avait des fleurs variées de lotus de couleur bleu, jaune, rouge, et blanche. Leurs couleurs étaient vibrantes et radieuses. Comme la brise soufflait, les arbres de joyaux tous en même temps bruissaient de merveilleux sons, dont l’harmonie surpassait celle de la musique céleste. Sur chacune de ces estrades, se trouvaient quatre-vingt-quatre mille cordons faits de merveilleux trésors, reliant tous les arbres. Chaque estrade de joyaux émettait de la lumière, à une portée de quatre-vingt-quatre mille yojanas. Le rayonnement était visible partout.


À ce moment, le Bodhisattva Avalokiteśvara et le Bodhisattva Grande Puissance Accomplie, ensemble avec leurs escortes de quatre-vingt-quatre koṭīs de bodhisattvas sur des estrades de sublimes trésors, disparurent de cette terre de félicité et apparurent dans ce monde. Cela arriva aussi vite que le temps qu’il faut pour un homme fort, de plier ou tendre son bras. Une fois arrivés, entourés par quatre vingt koṭīs de bodhisattvas, ces deux grands bodhisattvas, utilisant leurs pouvoirs surnaturels, rendirent la surface de ce monde aussi plate que celle de l’eau. Leurs accomplissements étaient ornés de grandes vertus, et leur magnificence et excellence hors du commun étaient au delà de toute comparaison. Leur lumière illuminait partout dans ce monde Saha. Tous ces bodhisattvas se rendirent à l’endroit du Bouddha Śākyamuni, courbèrent leurs têtes aux pieds du Bouddha, et circumambulèrent par la droite sept fois.


Faisant un pas en arrière et se tenant de chaque côté, ces deux bodhisattvas dirent au Bouddha, "Unique Honoré-du-Monde, le Bouddha Amitābha envoie ses salutations à l’Unique Honoré-du-Monde. Vos maladies et problèmes sont-ils minimes ? Est ce que votre vie quotidienne est facile et douce ? Vos activités sont–elles paisibles et bienheureuses ?"


Quand cette terre étala ces sublimes, merveilleuses choses, les bodhisattvas et auditeurs d’ici, ayant vu la splendeur des estrades de trésors, s’émerveillèrent comme à la vue d’une chose qui n’avait jamais existé auparavant. Ils avaient chacun cette pensée : "Ces estrades de trésors sont sublimes et merveilleuses. Elles ont été déplacées de la terre de Paix et Félicité vers ce monde. Était-ce par les pouvoirs du Bouddha ou de celui des bodhisattvas ?"  


À ce moment, le Bodhisattva Réserve de Fleur Vertueuse, par la vertu des pouvoirs spirituels du Bouddha, demanda au Bouddha, "Comme cela est extraordinaire, Unique Honoré-du-Monde ! Cela n’est jamais arrivé auparavant. Par quels grandioses pouvoirs se sont manifestées à présent des estrades de trésors d’une telle splendeur dans ce monde Sahā ?"


Le Bouddha répondit, "C’est par les pouvoirs transcendantaux des Bodhisattvas Avalokiteśvara et Grande Puissance Accomplie que ce monde expose en ce moment une telle splendeur."

"Comme cela est extraordinaire, Unique Honoré-du-Monde ! Cela est inconcevable. Ces grands êtres, dont les vœux et les actions sont purs, peuvent utiliser des pouvoirs transcendantaux pour orner ces estrades de trésors et les faire apparaître dans ce monde."


Le Bouddha dit, "Bien sûr ! Bien sûr ! Bien sûr, cela est comme tu le dis. Ces grands êtres ont purifiés leurs racines pendant d’innombrables centaines, milliers, nayutas, et koṭīs de kalpas, et ont réalisé le Samādhi de l’Illusion. Demeurant en ce Samādhi, ils peuvent manifester ces choses avec leurs pouvoirs transcendantaux. De plus, Réserve de Fleur Vertueuse, regarde les mondes vers l’Est. Que vois-tu ?"      


Alors, le Bodhisattva Réserve de Fleur Vertueuse utilisa différents genres de vues divines d’un Bodhisattva pour observer les terres de bouddha à l’Est, qui sont aussi nombreuses que les sables des rivières Gange. Il vit que devant tous ces bouddhas, les Bodhisattvas Avalokiteśvara et Grand Pouvoir Accompli, y étaient présents, tous deux aussi sublimes que décrits plus haut. Ils rendaient aussi hommage et faisaient des offrandes à chaque Bouddha, et disaient, "Le Bouddha Amitābha envoie ses salutations à l’Unique Honoré-du-Monde. Vos maladies et problèmes sont-ils minimes ? Est ce que votre vie quotidienne est facile et douce ? Vos activités sont–elles paisibles et bienheureuses ?" Le même spectacle pouvait être vu dans tous les mondes du Sud, de l’Ouest, du Nord, du Zénith, et du Nadir. 


À ce moment, le Bodhisattva Réserve de Fleur Vertueuse, ayant vu ces choses, était ravi et exalté comme s’il avait gagné quelque chose qu’il n’avait jamais vu auparavant. Il demanda au Bouddha, "Comme cela est merveilleux ! Unique Honoré-du-Monde, comment ces grands êtres ont-ils accomplis un tel Samādhi ? Comment ces grands êtres ornent-ils ces terres de bouddha de leur présence ?


Alors, l’Unique Honoré-du-Monde, utilisant ses pouvoirs spirituels, permit à ceux qui étaient dans cette assemblée de voir ces spectacles. Trente deux mille parmi eux éveillèrent leur esprit anuttarā-samyak-saṃbodhi.

Le Bodhisattva Réserve de Fleur Vertueuse demanda au Bouddha, "Unique Honoré-du-Monde, ces deux grands êtres doivent avoir éveillé leur esprit anuttarā-samyak-saṃbodhi depuis bien longtemps maintenant. Dans la terre de quel Bouddha ? Je prie pour que vous acceptiez de nous le dire, afin de permettre à d’autres bodhisattvas de développer leurs vœux et leurs actions pour atteindre l’accomplissement."


Le Bouddha dit, "Écoute ! Médites bien ! Je vais t’expliquer."

"Très bien ! Unique Honoré-du-Monde, je serai ravi d’écouter."


Le Bouddha dit, "Loin en arrière dans le passé d’innombrables inconcevables kalpas, j’ai été un roi des centaines et milliers de fois. La première fois arriva proche de la fin du grand roi kalpa. Il y avait un monde nommé Dévoilement d’Immensurable Amoncellement de Vertu, Paix et Félicité. Dans cette terre, il y avait un Bouddha nommé Lion Batifolant Lumière d’Or, qui était le Tathāgata, Arhat, Samyak-Saṁbouddha, Parfaite Connaissance et Conduite, Sugata, Comprenant le Monde, l’Insurpassé, Dompteur des hommes, Maîtres des Humains et des Dieux, le Bouddha l’Unique Honoré-du-Monde. Je te révèle maintenant les choses sublimes et pures de cette terre de Bouddha. Qu’en penses-tu ? N’y a-t-il pas un grand nombre de pures et sublimes choses dans la terre de Paix et de Félicité du Bouddha Amitābha ?"


"Un grand nombre ! Elles sont si inconcevables qu’il est trop difficile de les décrire toutes."

Le Bouddha demanda à Réserve de Fleur de Vertu, "Suppose qu’on divise un cheveu en cent parties. On prend une partie de ce cheveu pour drainer l’eau de l’océan. Qu’en penses-tu ? Compare l’eau sur le bout de ce cheveu avec celle dans le grand océan. Qui a le plus d’eau ?"

"L’océan contient plus d’eau. Cela est au-delà de toute comparaison," répondit-il.


Le Bouddha continua, "En effet, Réserve de Fleur Vertueuse, tu devrais avoir cette compréhension. Les sublimes choses dans la terre du Bouddha Amitābha sont comme l’eau sur la pointe du cheveu, tandis que celles de la terre du Bouddha Lion Batifolant Lumière d’Or sont comme l’eau dans le grand océan. La disparité entre les auditeurs et les Bodhisattvas est du même ordre. Ce Bouddha Lion Batifolant Lumière d’Or exposait aussi le Dharma des trois véhicules aux êtres sensibles. Pendant des kalpas aussi nombreux que les sables du Gange, je ne peux même pas finir de décrire la vertu et la sublimité de cette terre de Bouddha et les choses joyeuses au sujet de leurs Bodhisattvas et auditeurs.


"Durant le règne du Dharma du Bouddha Lion Batifolant Lumière d’Or, il y avait un roi nommé Vertu Splendide. Puisqu’il gouvernait les trois mille mondes avec le juste Dharma, il avait l’épithète Roi Dharma. Ce roi vertu Splendide avait beaucoup de fils, chacun doté des vingt huit marques d’un grand homme. Ces princes demeuraient tous sur le Chemin Insurpassé. Ce roi possédait soixante seize mille jardins, dans lesquels ses fils batifolaient."  

Réserve de Fleur de Lotus demanda au Bouddha, "Y avait-il des femmes dans cette terre ?"


Le Bouddha répondit, "Cette terre ne possédait pas même la présence du mot 'femme', encore moins, une vraie femme. Les êtres sensibles dans cette terre pratiquaient le chemin de Brahmâ purement. Ils étaient tous nés par apparition et nourris par le bonheur de la méditation. Ce roi vertu splendide servait le Bouddha Lion Batifolant Lumière d’Or pendant quatre-vingt-quatre mille koṭīs d’années, ne poursuivant jamais d’autres voies. Alors ce Bouddha, connaissant le sérieux de ce roi, lui exposa d’incommensurables sceaux du Dharma.


"Que sont les incommensurables sceaux du Dharma ? Bodhisattva Réserve de Fleur Vertueuse, le progrès spirituel de chacun devrait naître d’innombrables vœux. Pourquoi ? En tant que Bodhisattva-Mahāsattva, notre don est incommensurable ; notre observance des préceptes est incommensurable ; notre endurance face à l’adversité est incommensurable ; notre énergie de progrès est incommensurable ; notre concentration est incommensurable ; et notre sagesse est incommensurable. En d’autres mots, se perfectionner par la pratique des six pāramitās pour transcender le cycle de la naissance et de la mort est incommensurable. Notre bonté et compassion pour les êtres sont incommensurables. Notre sublimité dans la terre pure est incommensurable. Notre voix est incommensurable, et notre éloquence est incommensurable. Réserve de Fleur Vertueuse, même notre transfert de mérite par la pensée transcendante est incommensurable. Que signifie transfert de mérite incommensurable ? Transférer ses mérites à tous les êtres sensibles, leur permettant de vérifier la Non-naissance de tous les dharmas et d’entrer dans le parinirvāṇa comme les bouddhas, est appelé transfert de mérite incommensurable."


"De plus, la vacuité sans limite est incommensurable ; l’absence d’apparence est incommensurable ; et l’absence de souhait est incommensurable. Aussi incommensurable est la non action, la réalité véritable, la Non-naissance de la nature des dharmas, la libération sans attachement, et le nirvāṇa. Êtres bons, j’ai seulement mentionné en bref l’incommensurabilité des dharmas. Pourquoi ? Les dharmas n’ont jamais de limites.


"De plus, réserve de Fleur Vertueuse, comme ce roi Vertu Splendide pénétra le Samādhi dans son jardin, deux fleurs de lotus apparurent du sol, une de chaque côté du roi. Elles avaient des couleurs splendides, et leurs senteurs étaient aussi parfumées que le bois de santal céleste. À l’intérieur de chaque fleur, un garçon, assis en position de lotus, était né par transformation. L’un était nommé Joyau Attentif, et l’autre Joyau Supérieur. Quand le roi sortit de sa méditation et vit ces deux garçons assis dans le cœur de ces fleurs de lotus, il leur demanda sous forme de vers :


'Êtes-vous des dieux, des rois dragons,

Yakṣas, Kumbhānḍas,

Humains, ou Non Humains ?

J’espère que vous aller me révéler vos noms.'


"Alors le garçon sur le côté droit du roi répondit par ces versets :


'Tous les dharmas sont vides.

Pourquoi demandez-vous des noms ?

Les dharmas passés ont cessés d’être,

Les dharmas du futur ne sont pas encore,

Et les dharmas du présent ne demeurent pas.

Les noms de qui demandez-vous ?

Les dharmas vides ne sont ni Humains

Ni dragons, ni rakṣasas.

Que ce soit les humains, les non humains, ou autres,

Nul ne peut être saisi.' 


'Le garçon sur le côté gauche du roi parla ainsi par ces vers :

Nommer un nom est vide.

Nommer un nom ne peut être saisi.

Tous les dharmas n’ont aucun nom.

Demander des noms

En quête de noms véritables

Est une chose qui n’a jamais été vue ou entendue.

Puisque les dharmas périssent aussi vite qu’ils naissent,

Pourquoi demander des noms ?

Les noms et les mots

Sont tous des fabrications.

Mon nom est Joyau Attentif

Il est Joyau Supérieur.'


"Réserve de Fleur Vertueuse, les deux garçons, ayant prononcé ces vers, ensemble avec le roi vertu Splendide, allèrent à l’endroit du Bouddha Lion Batifolant Lumière d’Or. Ils se prosternèrent jusqu’aux pieds du Bouddha et circumambulèrent sept fois autour de lui par la droite. Ils joignirent les paumes de leurs mains avec respect et se positionnèrent sur un côté. Alors les deux garçons se mirent à parler d’une seule voix, demandant au Bouddha en vers :


'Comment fait-on des offrandes

À l’Insurpassé aux deux jambes ?

Je prie pour que vous nous expliquiez le sens.

L’Auditeur emportera vos explications.

Des fleurs, de l’encens, et de la musique jouée par divers instruments,

Des vêtements, de la nourriture, des médicaments, et des literies,

Des offrandes comme celles-ci,

Quelle est la meilleure ?'


"Le Bouddha Lion Batifolant Lumière d’Or répondit aux garçons ainsi :


'On devrait générer l’esprit d’éveil

Et de façon large sauver les êtres sensibles.

Cela est les offrandes au Parfait Éveillé

Doté des trente deux marques majeures.

Suppose que l’on offre aux Tathāgatas

Des précieux, merveilleux, sublimes objets,

Remplissant les terres aussi nombreuses que les grains de sable des rivières Gange,

Et qu’on les porte joyeusement sur notre tête.

Cela ne peut être comparé avec la transmission de mérite

D’un esprit affectueux pour l'éveil.

Ce mérite est suprême,

Immensurable, et sans limite.

Aucunes autres offrandes ne peuvent surpasser cela.

Sa suprématie ne peut être évaluée.

Un esprit d’éveil tel que celui-ci

Atteindra certainement l’Éveil suprême.'


"Les deux garçons parlèrent encore ainsi :


'Les dieux, les dragons, les fantômes, et les esprits,

Écoutez mon rugissement du lion !

Maintenant devant le Tathāgata,

Je fais solennellement le vœu de générer l’esprit d’éveil.

Le cycle de la naissance et de la mort tournant pendant d’innombrables kalpas,

L’état originel est méconnaissable.

Même pour un seul être sensible,

Vous avez traversé d’innombrables kalpas.

Pendant ces kalpas,

Vous avez délivré d’innombrables multitudes.

Vous exerçant sur le chemin de l’éveil,

Vous n’aviez jamais de fatigue mentale.

À partir de ce moment, si

Je permets un seul instant à l’esprit d’avidité de s’élever,

Cela serait alors tromper

Tous les bouddhas dans les dix directions.

Pareillement, au regard de la colère et de l’illusion.

Pareillement, au regard de l’avarice et de la jalousie.

Maintenant je dis la vérité

Je me tiendrai loin de la fausseté.

À partir d’aujourd’hui, si jamais

J’entretiens toujours l’esprit d’un Auditeur,

Ne me plaisant pas dans la pratique de l'éveil,

Cela serait alors tromper les Tathāgatas.

Non plus je chercherai à devenir un Pratyekabuddha,

Pour m’aider et bénéficier à moi-même uniquement.

Je devrais, pendant des dizaines de milliers de kalpas et koṭīs de kalpas,

Délivrer les êtres sensibles avec une grande compassion.

Comme cette terre de Bouddha ici en ce moment

Est pure, merveilleuse, et sublime,

Puisse ma terre, quand j’aurai accompli la Voie,

La surpasser par centaines, milliers, et koṭīs de fois.

Il n’y aura aucun auditeur dans ma terre,

Ni le véhicule du Pratyekabuddha,

Mais celui des Bodhisattvas uniquement.

Leur nombre sera infini.

Tous les êtres seront purs et sans souillures.

Ils auront tous une félicité merveilleuse et superbe.

Ils atteindront tous le parfait éveil

Et maintiendront et supporteront le Dharma entier.

Si mon vœu est sincère,

Cela devrait secouer les grands milliers de monde.'


"Après l’énoncé de ces versets, des secousses immédiates retentirent partout. Des centaines et des milliers de genres de musique se firent entendre, harmonieuses et aux tonalités exquises. Des vêtements lumineux tombèrent en spirale du ciel céleste. Les dieux dans le ciel déversèrent de l’encens en poudre. Son parfum se diffusait partout, réjouissant le cœur des êtres sensibles."


Le Bouddha dit à Réserve de Fleur Vertueuse, "Qu’en penses-tu ? Le roi Vertu Splendide d’alors était-il une personne différente ? Il n’est nul autre que moi. Les deux garçons sont maintenant les Bodhisattvas Avalokiteśvara et Grande Puissance Accomplie. Être de bien, ce fut dans la terre de ce Bouddha que les deux bodhisattvas initièrent l’esprit anuttarā-samyak-saṃbodhi."  


À ce moment, Réserve de Fleur de Lotus dit au Bouddha, "Comme cela est extraordinaire ! Unique Honoré-du-Monde, ces bons êtres avant leur prise de résolution, avaient déjà réalisé une telle profonde sagesse. Ils avaient complètement compris que les nominations ne pouvaient être saisies. Unique Honoré-du-Monde, ces deux grands intègres doivent avoir fait des offrandes aux bouddhas passés et généré de profondes racines vertueuses.


"Être de bien, tu peux connaître le nombre de grains de sable dans les rivières Gange. Cependant, les bouddhas à qui ces grands êtres ont fait des offrandes et les bonnes racines qu’ils ont plantées sont au-delà de tout calcul. Bien qu’ils n’aient pas encore généré l’esprit d’éveil, ils s’étaient ornés de ce qui était inconcevable. Parmi les êtres sensibles, ils avaient été les plus valeureux et les plus dynamiques."


Alors le Bodhisattva Réserve de Fleur de Lotus demanda au Bouddha, "Unique Honoré-du-Monde, où se trouvait cette terre nommée Dévoilement d’ Immensurable Amoncellement de Vertu, Paix et Félicité ?"


Le Bouddha lui répliqua, "Être de bien, cette terre de Paix et de Félicité de l’Ouest, à cette époque, était nommée
Dévoilement d’ Immensurable Amoncellement de Vertu, Paix et Félicité."


Le Bodhisattva Réserve de Fleur de Lotus fit cette requête au Bouddha, "Unique Honoré-du-Monde, je prie pour que vous expliquiez, afin de permettre à d’innombrables êtres sensibles de recevoir de grands bénéfices. Dans quelle terre Avalokiteśvara réalisera le samyak-sambodhi ? Quel sera le nom de son monde orné de lumière radieuse ? Quelle sera la longévité des auditeurs et des bodhisattvas en cette terre jusqu’à leur obtention de la Bouddhéité ? Comment ces choses vont-elles fleurir ? Si l’Unique Honoré-du-Monde veut bien dévoiler les vœux primordiaux de ce Bodhisattva, alors les autres bodhisattvas, ayant entendu ces vœux, s’entraîneront absolument à les réaliser."


Le Bouddha répondit, "Très bien ! Écoute ! Je vais te le dire."


"Oui, je serais ravi de l’entendre."


Le Bouddha reprit, "Être de bien, bien que la vie du Bouddha Amitābha durera d’incommensurables centaines, de milliers, de koṭīs de kalpas, cela prendra fin. Être de bien, après d’incalculables kalpas à venir, le Bouddha Amitābha entrera en parinirvāṇa. Après son parinirvāṇa, le juste Dharma continuera aussi longtemps que sa longévité. Le nombre d’êtres sensibles qui seront libérés égalera celui des êtres libérés pendant sa durée de vie. Après le parinirvāṇa du Bouddha Amitābha, certains êtres sensibles ne pourront voir le Bouddha. Cependant, certains bodhisattvas, ayant achevé le Samādhi du Bouddha Souvenir, verront constamment le Bouddha Amitābha. De plus, Être de bien, après son parinirvāṇa, toutes les choses précieuses, étangs pour se baigner, fleurs de lotus, et les arbres de joyaux rangés en lignes continueront de chanter les sons du Dharma, de la même façon que durant la vie du Bouddha.


"Être de bien, la nuit au cours de laquelle le juste Dharma du Bouddha prendra fin, après la période de minuit et quand la lumière de l’aurore apparaîtra, le Bodhisattva Avalokiteśvara, assis en lotus sous l’arbre de l'éveil fait des sept trésors, obtiendra l’anuttarā-samyak-saṃbodhi. Son nom sera Roi Montagne Vertu Lumière Universelle, le Tathāgata, Arhat, Samyak-Saṁbouddha, Connaissance et Action Parfaites, Sugata, Comprenant le Monde, l’Insurpassé, le Dompteur des Hommes, le Maître des dieux et des humains, le Bouddha Unique Honoré-du-Monde. Sa terre de Bouddha sera naturellement ornée avec des merveilleuses combinaisons des sept joyaux. Pendant des kalpas aussi nombreux que les sables des rivières Gange, les bouddhas-bhagavān ne pourront finir de décrire toutes ses subtilités. Être de bien, je te donne maintenant une analogie. Tout comme la terre du Bouddha Lion Batifolant Lumière d’Or était sublime, la terre du Bouddha Roi Montagne Vertu Lumière Universelle, la surpassera par centaines, milliers, et dizaines de milliers de fois, koṭīs de fois, koṭīs de billions de fois, même au-delà de tout calcul. Les noms d’auditeurs ou Pratyekabuddha seront inexistants dans la terre de ce Bouddha. Uniquement des bodhisattvas rempliront cette terre."


Le Bodhisattva Réserve de Fleur de Lotus demanda au Bouddha, "Unique Honoré-du-Monde, cette terre de Bouddha continuera-t-elle à être appelée Paix et Félicité?


Le Bouddha répondit, "Être de bien, cette terre de Bouddha sera nommée Sublime Rassemblement de Trésor Multiple. Être de bien, pendant sa vie et jusqu’à son parinirvāṇa, le Tathāgata Roi Montagne Vertu Lumière Universelle sera assisté personnellement par le Bodhisattva Grande Puissance Accomplie et recevra ses offrandes. Après son parinirvāṇa, son juste Dharma sera maintenu jusqu’à sa fin. Après la fin du juste Dharma, le Bodhisattva Grande Puissance Accomplie obtiendra l’anuttarā-samyak-saṃbodhi. Son nom sera Roi Trésor Vertu Bonne Prestance, le Tathāgata, Arhat, Samyak-Saṁbouddha, Connaissance et Action Parfaites, Sugata, Comprenant le Monde, l’Insurpassé, le Dompteur des Hommes, le Maître des dieux et des humains, le Bouddha Unique Honoré-du-Monde. Sa lumière, sa longévité, ses bodhisattvas, et même le maintien de son Dharma seront tous comme ceux du Tathāgata Roi Montagne Vertu Lumière Universelle. S’il y a des hommes et des femmes de bien qui ont entendu le nom Roi Trésor Vertu Bonne Prestance, ils ne régresseront pas de leur résolution pour l’anuttarā-samyak-saṃbodhi. De plus, être de bien, s’il y a des femmes qui ont entendu les noms du Bouddha passé Lion Batifolant Lumière d’Or et du Tathāgata Roi Trésor Vertu Bonne Prestance, ils verront leurs formes féminines changer, et leurs fautes qui traîneraient pendant quarante koṭīs de kalpas de mort et de naissance être complètement effacées. Ils ne régresseront plus jamais dans leur résolution pour l’anuttarā-samyak-saṃbodhi. Ils verront constamment le Bouddha, entendront et accepteront le juste Dharma, et feront des offrandes à la Sangha. Une vie après celle-ci, ils pourront renoncer à la vie de famille, obtiendront une éloquence ininterrompue, promptement achèveront de retenir tous les dharmas."


À ce moment, soixante koṭīs de participants firent l’éloge d’une seule voix : "Namo Bouddhas en parinirvāṇa dans les dix directions !" Ils générèrent unanimement le souhait d’activer l’esprit anuttarā-samyak-saṃbodhi. Le Bouddha immédiatement leur fit la prophétie de leur future obtention de l’anuttarā-samyak-saṃbodhi. De plus, quatre-vingt-quatre mille nayutas d’êtres sensibles se détachèrent des objets sensoriels et des souillures et acquirent l’œil du Dharma. Sept mille bhikṣus mirent fin complètement aux afflictions et libérèrent leur esprit.


Alors le Bodhisattva Réserve de Fleur de Lotus dit au Bouddha, "Unique Honoré-du-Monde, supposons qu’il y ait des hommes et des femmes qui acceptent et supportent ce profond Sūtra du Tathāgata. S’ils le lisent et le récitent, l’expliquent et le copient, le prononcent et le font circuler, combien de mérites gagneront-ils ? Je prie le Tathāgata de nous l’expliquer en détails. Pourquoi ? Dans les temps mauvais à venir, les êtres sensibles de faible vertu ne croiront et n’accepteront pas ce sūtra profond du Tathāgata. À cause de tout cela, ils auront à endurer des souffrances dans la nuit profonde. Il sera trop difficile pour eux d’accomplir la libération. Unique Honoré-du-Monde, je prie pour que vous, par pitié, l’expliquiez au bénéfice des êtres sensibles. Par ailleurs, Unique Honoré-du-Monde, dans cette assemblée il y a des hommes et des femmes de capacité aiguisée. Ils deviendront de grands éveillés dans le futur."


Le Bouddha dit, "Réserve de Fleur de Lotus, très bien ! Écoute ! Je vais t’expliquer."

"Je serais ravi de l’entendre," répondit-il.


Le Bouddha dit, "Suppose qu’il y ait un homme de bien qui porte sur ses épaules tous les êtres sensibles dans les trois grands milliers de mondes et leur offre jusqu’à la fin de sa vie tout ce qu’ils désirent, tel que de la nourriture, des vêtements, un lit, des draps, et des médicaments. Le mérite qu’il a gagné est-il grand ?"


"Très grand, Unique Honoré-du-Monde ! Si, avec bonté, on fait des offrandes à un seul être sensible en accord avec ses besoins, notre mérite sera incommensurable. Encore plus si c’est pour tous les êtres sensibles."


Le Bouddha dit, "Suppose qu’il y ait des hommes et de femmes de bien qui acceptent et supportent ce Sūtra. Si, en invoquant leur esprit d’éveil, ils le lisent, le récitent, l’expliquent et le copient, lui font différents types d’offrandes, et largement le prononcent et le font circuler, leur mérite sera des centaines, milliers, dizaines de milliers de fois plus grand. Cela sera au-delà de toute comparaison."


Le Bodhisattva Réserve de Fleur de Lotus, dit au Bouddha, "Unique Honoré-du-Monde, à partir d’aujourd’hui, j’accepterai et soutiendrai ce Sūtra, qui est énoncé par le Tathāgata, et les noms des trois bouddhas : l’un du passé et les deux du futur. Je lirai et réciterai ce Sūtra, l’expliquerai et le copierai, et largement le prononcerai et le ferai circuler. Je le maintiendrai loin de l’esprit avide, de la colère, et de l’illusion. N’étant jamais faux, j’activerai mon esprit anuttarā-samyak-saṃbodhi. Unique Honoré-du-Monde, quand je deviendrai Bouddha, s’il y a des femmes qui ont entendu ce Dharma, en une vie, elles changeront d’apparence. Après avoir changé d’apparence, je leur ferai la prédiction de leur future obtention de l’anuttarā-samyak-saṃbodhi. Leur nom sera 'Loin de la Souillure', Tathāgata, Arhat, Samyak-Saṁbouddha."


Après que le Bouddha eut fini de prononcer ce Sūtra, le Bodhisattva-Mahāsattva Réserve de Fleur de Lotus, les bhikṣus, bhikṣuṇīs, bodhisattvas, auditeurs, ainsi que les dieux, dragons, yakṣas, gandharvas, asuras, garuḍa, kimnaras, mahoragas, humains, non humains, et d’autres, ayant entendu le discours du Bouddha, se réjouirent grandement.


***


Fin du Sūtra de la Prophétie concernant le Bodhisattva Avalokiteśvara extrait du canon chinois.


Traduction :

- sanskrit en chinois durant la dynastie Lieu Song par le chinois Sramana Sharmodgata

- en français par Équipe Amitabha Terre Pure. Nous avons fait le choix esthétique d’utiliser des mots en sanskrit latinisé. Révisé le 07 Janvier 2017. Toute imperfection est nôtre.


Amitabha Terre Pure - Dharma Diffusion


Ce sutra est en connection avec ceux du Bouddha Amitabha. C’est dans ce sutra que le Bouddha Sakyamuni révèle quand et comment le Bodhisattva Avalokiteshvara prendra la relève du Bouddha Amitabha dans un futur très lointain.

Dans le texte tibétain de prière longue version d’aspiration à renaître dans la terre pure, cela est mentionné.

Études Sutra Avalokiteshvara & Amitabha