Amitabha Roue Dharma Amitabha

▪ Discours de Vasubandhu sur la Terre Pure

[ Versets ]


Ô Unique Honoré du Monde, avec un esprit sincère,

Je prends refuge en le Tathāgata de Lumière sans Entrave

Brillant dans les Dix Directions,

Et j’aspire à renaître dans la Terre de Paix et de Félicité.


En dépendance de l’exposition des sūtras

De la manifestation du vrai mérite,

Je compose des versets d’aspiration dans une forme condensée,

Ainsi en me conformant au Dharma du Bouddha.


Quand je contemple la nature de cette Terre,

Je trouve qu’elle surpasse tous les états d’existence dans les trois mondes.

Elle est ultimement semblable à l’espace,

Vaste et sans limites.


Jaillissant de la Grande Compassion inhérente dans le Juste Chemin

Et de la racine du bien supramondain, elle s’est érigée.

Elle est complètement radieuse d’une lumière pure,

Comme un miroir ou le soleil ou la lune.


Elle est composée de joyaux rares,

Et dotée d’ornements exquis.

Sa pure et flamboyante lumière est brillante

Et sereine, illuminant le monde entier.


Les ornements de joyaux, malléables et légers comme la pelouse,

Se penchent vers la droite et la gauche.

Ils produisent des sensations exquises en la personne qui les touche,

Surpassant les sensations produites quand la pelouse kācalindi est caressée.


Des myriades de variétés de fleurs de joyaux

Sont répandues à profusion entre les bassins, ruisseaux, et sources d’eau.

Quand une légère brise ébranle les fleurs et les feuilles,

Les réflexions de la lumière se tissent et miroitent dans toutes les directions.


Les palais et tours variés

Offrent des vues non obstruées dans les dix directions.

On y trouve des arbres affichant beaucoup de couleurs,

Tous entourés par des rangées de pierres précieuses.


Des réseaux ficelés avec des joyaux innombrables

Se suspendent à travers le ciel.

Quand les cloches de genres variés sonnent,

Elles proclament le message du Dharma excellent.


Des fleurs magnifiques et des robes pleuvent,

Et de nombreuses variétés d’encens se répandent partout.

La sagesse du Bouddha est pure et brillante comme le soleil ;

Elle disperse l’obscurité de l’ignorance du monde.


Le nom sacré éveille les gens, universellement ;

Il est subtil et merveilleux et il est entendu partout dans les dix directions.

La Terre est fermement soutenue par Amida [Amitābha],

L'Éveillé Unique Roi du Dharma.


Les nuées des sages dans la similitude des fleurs pures entourant le Tathāgata

Sont nées là-bas, transformées de l’intérieur de la Fleur de l’Éveil.

Elles jouissent du goût du Bouddha Dharma,

Prenant la méditation [dhyāna] et le samādhi comme de la nourriture.


Pour toujours libres des afflictions mentales et du corps,

Elles jouissent toujours du plaisir, sans interruption.

Dans le royaume du Dieu du Mahāyāna

Tous les êtres sont égaux, et pas même les noms des êtres indignes

Peuvent y être présents.


Les femmes, les personnes déficientes et malformées et

Ceux qui ont les racines des deux véhicules n’y renaissent pas.

Quelles que soient les aspirations que peuvent avoir des êtres sensibles,

Elles seront toutes comblées.


Pour cette raison, j’aspire à renaître

Dans la Terre du Bouddha Amida.

Il est assis sur le piédestal d’une excellente, pure fleur de lotus

Ornée avec de grands trésors innombrables.


Ses marques physiques d’excellence brillent à une toise ;

Sa forme est incomparablement supérieure à celle de n’importe quel autre être.

La merveilleuse voix du Tathāgata comme celle de Brahmā

Est entendue à travers les dix directions.


Comme la terre, l’eau, le feu, le vent,

Et l’espace, il n’a aucune pensée discriminante.

Les êtres humains et célestes, résolus dans leurs accomplissements spirituels,

Naissent hors de l’océan de la pure sagesse.


Comme le mont Sumeru roi des montagnes

Amida est suprême, merveilleux et inégalé.

Les êtres célestes et les hommes vaillants

Le Vénèrent et circumambulent autour de lui et le regardent avec adoration.


Quand j’observe la Puissance du Vœu Primordial du Bouddha,

Je trouve que ceux qui le rencontrent, ne l’ignorent pas en vain.

Ils sont capables de gagner rapidement

La grande mer du trésor de mérite.


La Terre de Paix et Félicité est pure et sereine ;

Le Bouddha tourne continuellement la roue immaculée du Dharma.

Des Bouddhas et Bodhisattvas émanés illuminent le monde entier

Comme le soleil,

Tandis qu’il reste immobile comme le mont Sumeru.


La pure, glorieuse lumière des Bodhisattvas,

En un éclat de pensée et simultanément,

Illumine chacune et toutes les assemblées des Bouddhas

Et apportent des bénéfices à la multitude des êtres.


Ils manifestent des instruments de musique céleste, des fleurs, des robes,

De l’encens fin, et ainsi de suite, avec lesquels ils vénèrent les Bouddhas.

Ils font l’éloge et exaltent les mérites des Bouddhas

Sans pensées discriminantes.


S’il y a n’importe quel monde dans l’univers

Sans le trésor de mérite du Dharma du Bouddha,

Je me résous à y renaître

Et y prêcher le Dharma comme le Bouddha.


J’ai écrit ce discours et composé ces versets

Avec le souhait de voir le Bouddha Amida

Et, ensemble avec les êtres sensibles,

Renaître dans la Terre de Paix et de Félicité.


J’ai exposé un résumé, sous forme de versets, des passages du long sūtra sur le Bouddha Amitāyus.


Amitabha Terre Pure - Dharma Diffusion


Lire sur Nāgārjuna

~ Patriarche Indien de la Terre Pure - Vasubandhu ~

Vasubandhu fut le second des trois fils d'un brahmane nommée Kauśika, dans l'ancien royaume du Gandhara, au nord-ouest de l'Inde. Lui et son frère aîné Asaṅga (4ème siècle) ont établi les fondements de la doctrine Yogacara, qui est basée sur six sūtras du Mahāyāna et onze traités. Une œuvre majeure d'Asaṅga intitulée Yogacarya-bhūmi-sastra est réputée pour avoir été conférée par le Bodhisattva Maitreya, le prochain Bouddha à venir. Vasubandhu composa de nombreux traités, notamment l'Abdhidharma-kosa-bhasya, le Mahāyāna-sangraha, et Trente Versets sur la Conscience Seule. Les commentaires par dix maîtres indiens, notamment Dharmapala comme commentateur principal, sur ces trente versets furent traduits du sanskrit en chinois par les maîtres chinois Xuan-Zang (600 - ou 602-664) et intégrés dans son livre "Achèvement de la Doctrine de la Conscience Seule", ce qui est un texte important pour l'école Faxiang (Apparence du Dharma) de Chine. Vasubandhu est vénéré en Chine, non seulement comme le patriarche de l'École Faxiang (Apparence du Dharma), mais aussi comme un patriarche d'origine de l'École de la Terre Pure, en raison de son traité définitif, "Upadeśa sur le Sūtra du Bouddha Amitāyus." De tous les textes de la Terre Pure dans le canon chinois, c'est le seul traité composé par un maître Indien. Dans la première strophe de ce traité, Vasubandhu dit qu'il prend refuge d'un esprit unifié en le Tathāgata Amitāyus, désireux de renaître dans sa Terre de Paix et de Félicité. Les cinq portes de la vigilance dans son traité ont établi le terrain d'entraînement pour ceux qui aspirent à la Terre Pure.

~ Écrit sur la Terre Pure - Vasubandhu ~